Célébrations

Dès les premières années, le peuple vaudois célèbre sa fête du 14 avril, avec un caractère simple, mâle et national. On sonnait les cloches, tirait du canon, organisait des services divers et dans chaque chef-lieu de cercle se déroulait un tir à la cible.

Ces manifestations suscitèrent la création de chants patriotiques, l?Hymne vaudois du Colonel Rochat, Po la Fêta dâo quatorze.

A Denens, pour marquer le centenaire de l'indépendance en 1898, la Municipalité dans sa séance du 21 janvier décide d?affecter une somme de 50 francs à répartir comme suit: une collation offerte aux enfants ainsi qu'aux dames de la localité consistant en thé et petits pains, une commande de 200 de ces derniers est faite à Victor Jacot, boulanger.

Il est décidé de planter un arbre commémoratif (tilleul) qui a été commandé à M. Francillon lequel le fournira pour un prix de 4 francs rendu en gare de Morges (sera planté près du château).

Il est décidé que le vin fourni par la commune sera bu à 2 ½ heures de l'après-midi; le secrétaire mettra un avis à cet effet (Extrait du livre de procès-verbaux de la Municipalité de Denens : Syndic Alfred de Buren, secrétaire Philippe Cotty)

En 1903, le canton organise un grand spectacle, le "Festival Vaudois", texte et musique de Jacques Dalcroze créé sur la place de Beaulieu à Lausanne. Il nous en reste la "Prière Patriotique" bien connue. Mais sollicité par le Préfet pour un subside à ces manifestations du centenaire, la Municipalité se dérobe, en disant que les ressources de la commune ne sont pas suffisantes pour accorder le subside demandé. (séance du 17 janvier 1903). Le Canton leva d'ailleurs un impôt spécial de 1 à 2 francs par habitant pour couvrir les frais de la commémoration du centenaire mais oublia pendant un demi-siècle de l'abroger !

Les autorités d'aujourd'hui sont averties que nous veillerons à ce que cela ne se renouvelle pas si elles avaient besoin de lever un impôt semblable.

Pourtant Denens fêta aussi le centenaire, la Municipalité discuta avec le comité d'organisation du programme prévu. Hélas, on n'en sait pas plus. (séance du 25 mars).

C'est donc une façon de renouer avec la tradition de 1898 où fut planté le tilleul près du château, au bord de l'ancienne route Lully-Denens, que la Municipalité de 2003 a décidé de planter un nouveau tilleul qui rappellera aux générations futures la célébration en 2003 du bicentenaire de la naissance du canton de Vaud.