Présentation de la commune

 

Ce village fit partie, au moyen âge, des terres de Vufflens-le-Châtel jusqu'en 1300, où Richard de Duin l'échangea avec Louis de Savoie, contre celui de Bussy, sur Morges.
Le comte Amédée VI possédait le château de Denens en 1363. Il fut ensuite la propriété de Marguerite d'Oron, dame de Dignens (Denens), puis de la famille de Compey qui le garda de 1370 à 1531.

Au commencement du XVe siècle, Jean et Louis de Compey reconnurent la seigneurie en faveur du comte de Savoie, en mains du commissaire Balay (1403); une part de Bussy et Villars-sous-Yens y étaient comprises. N. François de Glane acquit l'un des coseigneuriages de Henri de Compey, en 1521, et N. François Seigneux, seigneur de Vufflens et la Tour de Peilz, acquit l'autre de Aimé de Compey, en 1531.
La seigneurie fut possédée ensuite par N. Sébastien Loys qui avait acquis la part des frères Jean et Louis Seigneux.

Noé, un des fils de Sébastien Loys, était coseigneur de Denens en 1590. En 1611, il reçut la mission du gouvernement de Berne de se rendre à la cour de France et auprès du roi, dont il était connu pour avoir été son gentilhomme servant et enseigne des Cent-Suisses, dans le but d'engager ce prince à empêcher les troupes espagnoles en Franche-Comté d'aller joindre celles de Savoie qui menaçaient Genève

Etienne, frère de Noé Loys, qui avait épousé Esther de St.-Cierges, institua comme héritier son neveu, N. Michel, fils de M. François de Tavel et de Catherine Loys, en 1613. Michel de Tavel transmit cette terre à ses descendants qui la possédèrent pendant 3 générations.

Le dernier Tavel seigneur de Denens, Louis-Elie-Sigismond, épousa Sabine de Charrière de Penthaz.
Sa fille Marianne épousa Louis de Buren.
Les descendants de ce dernier ont conservé la maison seigneuriale et le domaine.

A l'époque bernoise, la seigneurie comprenant une partie de Lully; elle avait une cour de justice composée du châtelain et de 6 justiciers et devait un cavalier d'hommage. La dîme était perçue au profit du seigneur. La commune était administrée par un gouverneur et l'assemblée des communiers.

L'église actuelle date du XVe siècle (Rapp. Naef, 19 VI, 1890. Elle est classée au nombre des monuments historiques; il en est de même d'une cloche datant de la fin du XVe siècle, de la chaire et d'un vitrail.


Tiré du dictionnaire historique du canton de Vaud. E. Mottaz. (1914)